Ces temps-ci que sait-on?

Ce que l’on sait,

est cette scansion qui ouvre sur le vaste champ des possibles champêtres, tempête ouverte des mots à l’assaut par monts et par vaut de vils territoires bien gardés ,

Ce que l’on sait,
est une aventure qui ouvre nos boites de plans d’or misent au rébut et choie nos rêves les plus extravagants,

Ce que l’on voit
est des espaces vacants où jeter les entraves et aller vers des viviers de lumière et dévier ainsi nos vie vers l’éveiller rêvé,

Ce que l’on voit,
ravigore les chairs, fait feu de tout bois, festoie les orifices d’artifices sacrificiels, , tricote les franges, entre en matière fière de se fripponner le faciès de facétie aussi futiles qu’inutiles.

Ce que l’on n’en sait pas,
nous saute du lit, allume des milliers de scintillements, affolle nos sens et les raffollent.

Ce que l’on pressens,
va en tous sens, en sots, denoue des bouts qui, en sommes, ça dit, sonnent et sément
d’antiques esquisses,

Ce que l’on entend
est le chant de prières les mains jointes en lambeaux

Ce qui,
ne se, qui peu sait, poussait sans cesse toujours,

Ce,
qui,

Ce
que,

Ce
quoi

Donc
où?

Publicités

A propos Nicolas Allwright

Comedien, musicien, auteur
Cet article, publié dans Poèmes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s